Election d’un bureau des Artistes musiciens:La guerre des clans prend l’ampleur d’un tsunami

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Election_Artiste_25x0– Les Artistes musiciens de Mauritanie (UMAM) ont élu un nouveau directoire. C’était le 20 et le 21 juin dernier à l’ancienne Maison des Jeunes de Nouakchott en présence de plusieurs centaines d’artistes et des représentants du ministère de tutelle.

Le scrutin qui s’est déroulé dans une tension animale entre plusieurs tendances rivales s’est achevé par la grogne des exclus qui accusent la ministre de la Culture et le Directeur de l’Institut de Musique de tout avoir manigancé.

S’il y a une célébrité qui semble particulièrement avoir été estomaquée par l’élection du nouveau bureau de l’UMAM et qui le dit sans détours, c’est sans doute la grande Diva et virtuose de l’Ardine, Tahra Mint Hemberra. Elle a utilisé sa page facebook pour déverser sa bile contre le Directeur « du moribond institut de musique », Mreyhbe Ould Kheiri.

Pour Tahra, il n’y a pas de doute, le nouveau bureau des artistes musiciens qui vient d’être créé est sorti tout droit de sa conception, excluant selon elle « plus de 90% des musiciens ». La ministre de la Culture et de l’Artisanat, Hindou Mint Aïnina en prendra son grade, elle qui est accusée d’avoir pris part aux manigances ayant permis à Mreyhbe d’asseoir « sa pseudo Union des musiciens ».

Pour Tahra, « c’est le plus grand mépris que nous subissons depuis l’indépendance ». Pour elle, Hindou Mint Aïnina pourra retenir de son passage au ministère de la Culture, le dédain manifesté à l’égard de « la majorité écrasante des musiciens de ce pays »

Mais les musiciens qui se retrouvent dans les nouvelles instances trouvent que les récriminations de Tahra Mint Hemberra relèvent de la pire colère des mauvais perdants. Selon les membres du bureau rentrant, le scrutin pour le renouvellement des instances de l’UMAM s’est déroulé en toute transparence et la majorité a exprimé ses choix.

« Accuser la ministre de la Culture Hindou Mint Aînina qui n’a rien à cirer dans ses affaires de Igawan ou encore le Directeur de l’Institut de musique, c’est de l’affabulation et de la mauvaise foi » commente un participant.

A l’issue du vote qui s’est déroulé en présence de 151 délégués sur 159, une Assemblée de six membres et un Conseil d’administration de vingt-cinq membres ont été désignés.

Ainsi, le bureau de l’UMAM a été confié à Mohamed Mahmoud Dahi, secondé par Salma Mint Saîd Ablaye MBaye et Moussa Lansana Faye qui se partagent les quatre vice-présidences. Le Secrétariat général de l’association a été confié à Sounkarou Aly Niang.

Quant au Conseil d’administration, il est présidé par Baba Ould Hembarra, épaulé par six vice-présidents, dont Thiedel MBaye. Le Secrétariat général du conseil a été attribué à Zeine Abidine Ould Chighaly.

La particularité des nouvelles instances de l’UMAM est qu’aucun membre de la famille des griots ne siègent au Bureau Exécutif. Ils ont tous été parqués dans le Conseil d’administration, les familles Hemberra, Chighaly, Heumeud Vall, Naneh, Deundeni, Seymali, Ehel Meydah, Ehel Khbane, etc.

 

MOMS

L’Authentique

Actualités connexes