L’EI affirme avoir décapité l’otage britannique David Haines

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

haines_0Le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE a rapporté ce samedi 13 septembre que le mouvement État islamique a revendiqué l’exécution par décapitation du travailleur humanitaire britannique David Haines.

La vidéo qui circule déjà largement sur la Toile dure un peu plus de deux minutes. Elle est intitulée « Un message aux alliés de l’Amérique ». La mise en scène est la même que pour les vidéos précédentes. L’otage britannique David Haines apparaît dans un paysage désertique. Il porte une combinaison orange et se tient à genoux. Il récite un texte à l’intention du Premier ministre David Cameron. Il lui reproche d’avoir formé une coalition avec les États-Unis contre l’État islamique comme son prédécesseur Tony Blair et de suivre ainsi une tendance des gouvernements britanniques à ne pas avoir le courage de dire « non » aux Américains. L’otage accuse David Cameron d’être entièrement responsable de son exécution.

A côté, son bourreau semble être le même homme que sur les deux autres vidéos qui montraient l’assassinat des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff. Avec le même accent britannique, il prévient David Cameron et le gouvernement britannique que leur alliance avec les États-Unis ne fera qu’accélérer la destruction du Royaume-Uni et entraînera son peuple dans une nouvelle guerre sanglante. A la fin de cette nouvelle vidéo, de la manière que les fois précédentes, les terroristes menacent d’exécuter un autre otage, également britannique.

Âgé de 44 ans, David Haines a été enlevé en mars 2013 en Syrie. Il était alors en mission pour l’ONG française Acted. Sa famille était sans nouvelles de lui depuis le 2 septembre dernier où il était apparu sur la vidéo de l’exécution de Steven Sotloff. Dans un texte rendu public ce samedi par le ministère des Affaires étrangères britanniques, elle a adressé un message à l’État islamique : « Nous vous avons envoyé des messages, mais nous n’avons reçu aucune réponse. Nous demandons à ceux qui détiennent David d’entrer en contact avec nous ».

Dans cette vidéo diffusée le 2 septembre, le bourreau du journaliste américain prévenait que David Haines serait sa prochaine victime si les États-Unis poursuivaient leurs raids en Irak. Depuis, Washington a annoncé une extension de ses frappes et a reçu le soutien de plusieurs pays pour la formation d’une coalition visant à combattre l’État islamique.

Le Foreign Office a fait savoir ce soir que si l’authenticité de la vidéo de l’exécution de David Haines est vérifiée, il s’agira « d’un autre assassinat écœurant ». Dans un communiqué, David Cameron a de son côté condamné un acte « ignoble et révoltant », et promet de « traquer » les meurtiers. Le gouvernement doit tenir ce dimanche matin une réunion d’urgence. Londres a déjà envoyé des armes aux combattants kurdes qui luttent contre le mouvement jihadiste dans le nord de l’Irak, mais hésitait jusque-là à mener des frappes militaires. L’immense émotion provoquée par cet assassinat pourrait conduire les Britanniques à faire pression sur leur Premier ministre pour s’engager plus avant.

 

 

 

 

Actualités connexes