Egypte: l’armée lance un ultimatum au président Mohamed Morsi

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Egypte

Des millions d’Egyptiens sont toujours réunis ce lundi Place Tahrir pour protester contre le pouvoir en place. Ils donnent au président Morsi jusqu’à mardi pour démissionner. L’armée, elle, lui donne 48h pour sortir le pays de la crise. La situation en direct.

:Le président Morsi rencontrerait actuellement les chefs de l’armée égyptienne. 

:Des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche dans plusieurs villes d’Egypte pour réclamer la démission du président Morsi. L’appel à manifester avait été lancé par le mouvement Tamarod. Quel rôle ont joué Facebook et Twitter dans la contestation en cours? 

 A lire: les réseaux sociaux derrière la mobilisation anti-Morsi? 

:Les Frères musulmans égyptiens disent “étudier” l’ultimatum et le communiqué de l’armée donnant 48 heures au chef de l’Etat pour satisfaire les revendications du peuple. Selon Mahmoud Ghozlan, un haut responsable du puissant mouvement islamiste dont est issu le président Morsi, le bureau politique du mouvement se réunit pour “décider de sa position”. 
 
:Réactions controversées après l’ultimatum lancé par l’armée au président Mohamed Morsi. Si l’opposition salue son choix de “se ranger du côté du peuple”, les Frères musulmans, eux, disent “étudier” son annonce. 

Ils mettent notamment en garde contre une interprétation hative qui voudrait que les militaires préparent un coup d’état. Un des leaders de la confrérie, Yasser Hamza, estime qu’un “coup de force contre la constitution serait un appel au sabotage et à l’anarchie”. 

 

:Selon The Egypt Independent, le général Sami Anan, ancien vice-président du Conseil suprême des forces armées égyptiennes durant la période d’intérim post-Moubarak, a démissionné de son poste de conseiller militaire auprès de Mohamed Morsi

Une décision synonyme de gage de solidarité envers les opposants au pouvoir en place. Pour Sami Anan, les manifestants sont traités de manière “tyrannique”.

:Le ministère de l’Intérieur égyptien va déployer 440.000 policiers supplémentaires pour sécuriser les manifestations anti-Morsi, rapporte The Egypt Independant.  

:En marge d’un déplacement en Tanzanie, Le président américain, Barack Obama, a appelé “toutes les parties à la retenue” en Egypte, soulignant qu’il ne peut y avoir de manifestation pacifique “quand il y a agressions contre des femmes”. 

:Dans sa déclaration télévisée, l’armée égyptienne annonce laisser 48 heures au pouvoir politique en place pour sortir le pays de la crise. Faute de quoi, elle se verra dans l’obligation d’intervenir. Pour les forces militaires, les apirations du peuple “doivent être satisfaites”. 

:Le moment tant attendu est arrivé: l’armée égyptienne est actuellement en train de s’exprimer à la télévision sur la situation politique du pays. 

:Nouvelle vidéo, publiée cette fois-ci par le quotidien algérien El Watan, montrant l’état misérable dans lequel les manifestants ont laissé le QG des Frères musulmans. 

:Preuve que la contestation gagne toutes les catégories de population, même des policiers refusent de servir le pouvoir en place et rejoignent les manifestants opposés à la présidence de Morsi. 

:Les forces militaires égyptiennes s’apprêtent à faire une déclaration publique à la télévision d’Etat. 
 
:Selon les chiffres du groupe anti-harcèlement, OpAntiSH, rapportés par Ahram Online, 46 agressions sexuelles ont eu lieu dimanche en Egypte, lors des manifestations anti-Mohamed Morsi. L’association conseille aux femmes de rester loin de la place Tahrir, où des millions de protestants sont toujours réunis. Et cherche des volontaires pour protéger les potentielles victimes. 
 
:Les quatre membres du gouvernement sur le départ sont le ministre du Tourisme, Hisham Zaazou, de l’Environnement, Khaled Abdel-Aal, des Communications, Atef Helmi, et des Affaires juridiques et parlementaires, Khaled Abdel-Aal. Ils ont remis ensemble leurs lettres de démission au Premier ministre Hicham Qandil. 
 
:Pour les Frères musulmans, les insurgés qui ont pillé leur quartier général ont franchi “la ligne rouge de la violence.” Dans une déclaration rapportée par l’agence Reuters, ils affirment qu’ils n’hésiteront pas à utiliser les moyens appropriés pour se défendre eux-mêmes. Des comités de défense populaire, de la même veine qu’en 2011 lors du printemps arabe, pourraient être crées.  

14h37 – Des millions d’Egyptiens sont toujours réunis ce lundi Place Tahrir pour protester contre le pouvoir en place. Ils donnent au président Morsi jusqu’à mardi pour démissionner. L’armée, elle, lui donne 48h pour sortir le pays de la crise. La situation en direct.

14h37 : Dans sa déclaration télévisée, l’armée égyptienne annonce laisser 48 heures au pouvoir politique en place pour sortir le pays de la crise. Faute de quoi, elle se verra dans l’obligation d’intervenir.

14h32 : Le moment tant attendu est arrivé: l’armée égyptienne est actuellement en train de s’exprimer à la télévision sur la situation politique du pays.

14h30 : Nouvelle vidéo, publiée cette fois-ci par le quotidien algérien El Watan, montrant l’état déplorable dans lequel les manifestants ont laissé le QG des Frères musulmans.

:

Quatre ministres égyptiens ont présenté lundi leur démission, au lendemain de manifestations massives contre le président islamiste Mohamed Morsi, a indiqué un haut responsable gouvernemental. 

Un peu plus tôt, l’agence de presse Mena faisait état de cinq ministres démissionnaires. 

Selon la journaliste indépendante basée en Egypte, May Kamel, ils quittent l’exécutif en signe de solidarité avec les protestants. Mais à ce stade, rien n’a été encore confirmé officiellement. 

 

Express

Actualités connexes