Editorial Mauritanoix : Qui sème le vent récolte la tempête

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

aziz__123L’idée est géniale de réunir des centaines de jeunes venant de toutes les régions, pour discuter avec eux des problèmes les plus urgents du pays. C’est aussi très « sympa » de la part d’un président quand il s’affale dans un fauteuil pour écouter des jeunes en plein désarroi.

La manœuvre peut être électoralement payante et aider M. Mohamed Ould Abdel Aziz à se faire élire aux prochaines élections présidentielles. Mais elle peut aussi être dangereuse pour lui, car les jeunes sont pressés et voudraient sans doute voir les résultats de cette sollicitude angélique du Président.

Ils souffrent du chômage dont le taux est le plus élevé au monde, du système éducatif qui est l’un des plus calamiteux au monde et de la carence du secteur de la santé publique qui aussi l’un des plus décrié.

Les conditions de vie des populations dont la jeunesse est la partie la plus sensible à la misère, se sont dégradées et se dégradent encore de manière considérable. Les jeunes ont entendu pour la millième fois que la montée des prix est due à des facteurs que nous ne maitrisons pas.

Ils ont regretté que sur ce sujet, la parole ne leur ait pas été redonnée pour rétorquer que dans la sous-région, certains pays qui ont moins de réserve en devise que nous, subventionnent 11 produits de première nécessité au profit de toute la population au lieu de mettre en place des « boutiques témoins » qui ne sont rien d’autre que le lieu de sépulture de la dignité.

Les jeunes ont entendu, de la bouche du Président, que leur pays dispose de plus d’un milliard de dollars de réserve en devise, que leur armée a été renforcée et que leur président est en charge de la présidence de l’Union africaine. Ils s’en sont réjouis, mais tout en se demandant si ces réserves en devises peuvent aider les mères à consoler leurs enfants malades ou affamés, si les forces armées auront quelqu’un à défendre lorsque les Mauritaniens auront émigré vers d’autres pays ou seront exterminés par la faim.

Les jeunes ont appris que des sommes faramineuses ont été dépensées pour réaliser tel ou tel projet. Ils ont admiré la mémoire du Président qui se souvient des chiffres exacts jusqu’au khoums près, mais ils ne voient rien sur le terrain. Chacun d’eux croit que sa région a été injustement exclue, car il en a déduit que tous ces projets grandioses ont été réalisées dans les autres régions du pays.

Ils sauront, quand ils sortiront en récréation, que ces projets ont été réalisés uniquement dans la généreuse mémoire du Président. Il était préférable de dire la vérité aux jeunes au lieu de les gaver de promesses qui ne seront jamais tenues, en pensant qu’on a le temps de faire oublier ces engagements par d’autres encore plus merveilleux.

Les jeunes ne sont pas faciles à tromper comme les citoyens mentalement arriérées qui n’ont pas le temps et la capacité de prendre au mot. Ils sont cultivés, informés et surtout pressés parce qu’ils ont légitimement peur de voir se faner leur jeunesse avant d’avoir accès aux portes de la vie.

Il faut donc faire très attention pour ne pas semer du vent en faisant des promesses et en fournissant des chiffres non vérifiés. Il faut bien se souvenir du proverbe selon lequel « qui sème le vent récolte la tempête.

 

Mauritanoix N° 82

Actualités connexes