EBOLA : L’ARABIE SAOUDITE EN ALERTE AVANT LE PELERINAGE A LA MECQUE

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

meckFace à la menace du virus Ebola, les autorités saoudiennes, déjà confrontées au coronavirus, sont plus que jamais sur le pied de guerre. Des moyens de prévention exceptionnels sont déployés à l’aéroport international du Roi Abdelaziz à Jeddah. Près de 4 millions de pèlerins sont attendus à La Mecque pour y effectuer, du 3 au 5 octobre, le grand pèlerinage, cinquième pilier de l’islam.

L’immense hall de l’aéroport international est transformé en véritable bunker médicalisé. Médecins, infirmiers, personnel médical sont en alerte, plus que jamais mobilisés. Ils doivent impérativement porter gants et blouses de protection. Une condition sine qua non pour le Dr Abdulaziz Bin Saaed, conseillé du ministre saoudien de la Santé :

« Les personnels médicaux sont avant tout formés à se protéger eux-mêmes, explique-t-il. C’est le plus important, car s’ils ne sont pas protégés, ils ne peuvent pas travailler ». À sa descente d’avion, tout pèlerin doit obligatoirement remplir un formulaire médical puis passer par un sas devant une caméra thermique.

Au moindre doute, la personne est immédiatement évacuée vers un hôpital de Jeddah. Les autorités sanitaires sur place, déjà confrontées au coronavirus, sont très inquiètes. « En fait, j’ai toujours peur. Même sans Ebola ou tout autre problème de santé, confie le conseiller du ministre saoudien de la Santé. Nous ne voulons pas être une source de problèmes pour le monde. Tout ceci n’est pas uniquement pour protéger notre propre population, mais aussi pour protéger le monde entier de toute menace ».

Pour éviter toute propagation du virus Ebola, les autorités sanitaires ont déconseillé le hadj cette année aux femmes enceintes, aux personnes âgées et aux malades chroniques. Aucun visa n’a été délivré cette année aux pèlerins de Guinée, Liberia et Sierra Leone, trois pays durement touchés par le virus Ebola. Le Nigeria est aussi dans le collimateur des autorités saoudiennes.

RFI

Actualités connexes