Documents secrets sur le retard des travaux de l’Aftout Charghi

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

ouguiyasDes documents spéciaux se rapportant au projet d’Aftout Charghi révèlent que le retard des travaux du projet est dû à l’irrespect de la société chargée de l’exécution de l’accord convenu entre elle et le gouvernement mauritanien de ses engagements.

Une lettre signée par le président d’inspection relevant de la société de contrôle SICA indique que la société Sarra– maître d’oeuvre du projet de l’Afout Charghi– , n’a pas respecté ses engagements, puisque les motifs avancés pour justifier la cessation de ses travaux, dont les pluies et les courants d’eau ne seraient pas convaincants, du fait que la société devait poursuivre ses activités dans les lots dont les environs n’ont pas été affectés par les eaux.

Selon une lettre envoyée par SICA au coordinateur du projet d’Aftout Sahili, en réponse aux interrogations de ce derniers sur les justifications de Sarra , la société a été informée au préalable de la nécessité de poursuivre immédiatement et sans retard ses travaux.

La lettre insiste par ailleurs sur l’inutilité de suspendre les travaux au niveau du lot n° 4 du projet ainsi que de l’impossibilité de reculer les délais du projet requis à la société chargée de l’exécution.

SICA a appelé aussi la société chargée de l’exécution de revoir son programme d’activités ainsi que de l’adapter aux conditions climatiques. L’Etat mauritanien est fortement confronté à l’anarchie dans l’exécution de ses projets particulièrement dans le domaine du contrôle.

Les chantiers d’exécution de la première phase du projet “Aftout Chargui” relative au traitement de l’eau, à la construction des châteaux d’eau et d’autres infrastructures est réalisé au profit de 180 000 personnes réparties sur 50 villages dans le triangle de l’Espoir.

Il devra permettre la réalisation d’un réseau d’adduction d’eau, long de 700 km et le traitement quotidien de 500 m3 des eaux du barrage de Foum Gleita. D’un coût de 100 millions de dollars américains, le projet dont les travaux doivent prendre fin dans 13 mois est financé conjointement par la Mauritanie, la Banque Islamique de Développement, le Fonds Arabe de Développement Economique et Social (FADES) et l’Agence Française de Développement (AFD).

Rapideinfo avec Mourrassiloun

 

 

Actualités connexes