Deuxième tour des élections : L’UPR met la main à la poche

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

logo_upr 123Le parti au pouvoir, L’Union Pour la République doit repasser le scrutin dans quasiment 99% des circonscriptions électorales du pays qui n’ont pas désigné de vainqueur lors du premier tour.

Or, malgré qu’il se soit placé en tête avec 52 sièges parlementaires sur 146 et 72 conseils municipaux sur 208 au premier tour,, ce parti doit encore fournir de gros efforts pour moissonner au moins 22 sièges de plus pour s’assurer une majorité parlementaire qui lui permette de former un gouvernement et poursuivre l’accomplissement du programme du Président Mohamed Ould Abdel Aziz à quelques mois des élections présidentielles prévues en juillet 2014.

Pour cette fois, certaines grosses mesures ont été prises dont l’envoi de ministres sur le terrain pour donner du renfort aux staffs de campagne dans les différentes régions où un deuxième tour est prévu.

Et, naturellement, l’argent, le nerf de la guerre a été mobilisé pour la grande croisade. Pour le seul Hodh Chargui, des sources proches de la direction de l’UPR parlent de 50 millions envoyés pour venir au secours aux candidats particulièrement à Djiguenni et à Oualata où le parti au pouvoir mène une lutte farouche contre Tawassoul et El Wiam. Dans ces deux départements, L’UPR est en ballotage défavorable et devrait, si tout se passe normalement, à défaut d’être battu, laisser de grosses plumes.

Au Brakna où les dix sièges de la wilaya sont encore en jeu (les députés des cinq départements vont au second tour), l’UPR aurait pourvu la direction de sa campagne de 40 millions pour aller faire entendre raison aux récalcitrants.

Pour Nouadhibou où la «Karama » du député El Qassem Ould Bellali déjà en ballotage favorable a obtenu le soutien de l’APP et de Tawassoul au second tour, l’Union Pour la République aurait mis 70 à 100 millions sur la table. Guerre contre la gabegie. Argent public. Gestion transparente. Incompatibilité. Des concepts à mettre à la corbeille le temps d’assurer ses arrières

 

Le calame

Actualités connexes