Des experts de l’ONU estiment que les États-Unis devraient dédommager les descendants d’esclaves

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

sclaveLe groupe de travail de l’ONU chargé des peuples de descendance africaine a estimé mardi que les États-Unis devraient dédommager les descendants d’esclaves pour ce “terrorisme racial” perpétré des décennies durant.

Violences policières, regain des tensions raciales, la question de la place des Afro-Américains dans la société américaine est un des sujets brûlants du moment. En déclarant mardi 27 septembre que les États-Unis devraient dédommager les descendants d’esclaves, le groupe d’experts de l’ONU chargé des peuples d’ascendance africaine a relancé un peu plus la polémique.

« Il n’y a pas d’engagement » de la part des États-Unis

Selon eux, la question du passé esclavagiste, qu’ils qualifient de « terrorisme racial », n’est toujours pas réglée outre-Atlantique. À l’occasion du Conseil des Droits de l’homme qui se tenait mardi 27 septembre à Genève, le groupe de travail a donc estimé que le pays devait s’attaquer à l’héritage irrésolu « de l’histoire coloniale, de l’esclavage, de la subordination et de la ségrégation raciales, du terrorisme racial et des inégalités raciales ».

« Il n’y a pas eu de réel engagement pour dédommager et apporter la vérité et la réconciliation aux descendants des Africains », a déclaré le représentant de ce groupe de travail, Ricardo Sunga.   Ce dernier a esquissé plusieurs pistes de réparations pour le gouvernement américain : il considère que les États-Unis pourraient présenter des « éléments d’excuses » ou une forme « d’allègement de dette » pour les descendants d’esclaves, sans plus préciser sa pensée.

« Afrophobie » américaine

Alors que se tenait hier le premier débat télévisé entre Hillary Clinton et Donald Trump, Ricardo Sunga a également taclé le candidat républicain à la Maison blanche, faisant part de son inquiétude suscitée par les « discours de haine, la xénophobie et l’afrophobie » qui sont « en hausse » aux États-Unis.

Actualités connexes