Déclaration de Mme Irabiha Abdel Wedoud, présidente de la CNDH de Mauritanie 26eme session du Conseil des Droits de l’Homme

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

cndh_logo_300x200 pcla CNDH de Mauritanie félicite M. Mutuma Ruteere , Rapporteur spécial des Nations Unies sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée, , pour son rapport et informe le Comité des Droits de l’Homme sur sa pleine disponibilité à collaborer afin de mieux éclairer sur la situation des droits de l’ Homme en Mauritanie.
La République Islamique de Mauritanie, qui vient de connaitre des élections libres et transparentes ayant conduit à la réélection du Président de la République SE M. Mohamed Ould Abdel Aziz , est Etat partie aux principaux instruments juridiques des droits de l’ Homme, ce qui démontre la volonté politique et l’engagement des pouvoirs publics ; aucune forme de discrimination ethnique ni d exclusion n’a été observée depuis les années 1989, conformément à la Constitution, qui est un manifeste des libertés consacrant l’égalité de tous les citoyens devant la loi.
Mme la présidente,
la Mauritanie est un pays multi ethnique et cette pluralité constitue une richesse, et forme une base solide de cohésion sociale. Ce rapport de visite du Rapporteur spécial des Nations Unies sur en Mauritanie sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée, nous interpelle sur plusieurs plans particulièrement en ce qui concerne les données et statistiques.
En effet, en l’absence de statistiques officielles fiables sur les aspects liés à la représentativité ethnique, nous recommandons que le rapporteur spécial approfondisse ses enquêtes et enrichisse son rapport, en citant plus explicitement les sources, avec une vision holistique et intégrée .
La CNDH se félicité des efforts fournis par la Mauritanie pour lutter contre les séquelles de l’esclavage, et rappelle que ce phénomène a été historiquement pratiqué dans toutes les ethnies, de façon transversale ; dans ce cadre nous recommandons qu’aucun groupe ethnique ne soit stigmatisé.
La CNDH réaffirme que la démocratie en Mauritanie, la liberté d’expression et d’association sont bien une réalité et s’engage à renforcer ce processus par une approche inclusive sans discrimination ni exclusion.
Notre démarche de défenseur des droits de l’Homme doit être guidée par la sagesse et l’engagement, en évitant le syndrome de ‘’Radio Mille collines’’ du Rwanda, qui, avec ses messages de division, s’est fait l’écho de la haine ethnique qui a conduit au génocide rwandais des Tutsis en 1994. Notre message doit être celui de protéger et de promouvoir tous les droits de l’Homme sans discrimination ni exclusion.
La Commission Nationale des Droits de l’Homme sollicite l’appui du Conseil des Droits de l’Homme et de tous les partenaires au développement afin de renforcer leur partenariat avec la Mauritanie dans l’enracinement de la démocratie, la lutte contre la pauvreté et l’éradication des séquelles de l’esclavage et en appelle au sens de la responsabilité collective pour que les Nations Unies renforcent mieux l’Unité nationale et la cohésion sociale.
Je termine en félicitant les agences du Système des Nations Unies pour leur remarquable travail en Mauritanie en particulier le Haut Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’Homme, le PNUD et la Coopération espagnole à travers l’AIECD, pour leur précieux appui a la protection des droits de l homme en Mauritanie.
Je vous remercie Mme la présidente.

CNDH

Actualités connexes