De Macky Sall à Christine Lagarde : ” Si le Fmi ne finance pas le chemin de fer en Afrique, moi …”

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

fmiLe chef de l’Etat sénégalais est revenu longuement, ce vendredi, sur la politique économique du Sénégal et ses objectifs de croissance devant le Fonds monétaire international (FMI). Macky Sall s’exprimait devant les 24 membres du Conseil d’administration du FMI dont la présidente Christine Lagarde.

Après avoir remercié l’opportunité que lui a offerte le FMI, le président Sall est revenu sur les relations que doivent entretenir le Sénégal et le FMI d’une part mais aussi le FMI  et l’Afrique d’autre part.

Quand il est revenu sur la nécessité pour le FMI de financer les axes phares qui permettront un développement rapide et durable de l’Afrique, Macky en panafricain dévoué martèle : ” Nous ne pouvons pas développer l’Afrique avec des chemins de fer archaïques et délabrés, c’est pas possible.  Aujourd’hui il est impossible que l’Afrique reste avec ses chemins de fer qui datent de l’antiquité “, poursuit le président honoré en Amérique pour la première fois de sa vie.

Devant la patronne du FMI, Macky va même jusqu’à avertir Christine Lagarde en ces termes : ” Si le FMI ne finance pas les projets de construction de chemins fer allant de Dakar à Addis Abéba, nous le ferons, je travaillerai personnellement pour que nous y arrivions.”

A ces propos du chef de l’Etat Sénégalais, accompagné d’une forte délégation ministérielle comme Amadou BA, par ailleurs ministre des finances, et devant un parterre d’hommes d’affaires Américains, Lagarde s’esclaffe et dit au président honoré : ” Vous êtes impressionnant Monsieur le président, c’est un honneur de travailler avec le Sénégal. “

Aux hommes d’affaires américains, sur la question du secteur minier, et la nécessité de venir investir au Sénégal, Macky rassure en substance en ces termes : “au Sénégal, vous trouverez un pays stable, ouvert aux investissements.  Nous avons assaini le secteur et il n’y pas de menace dans l’investissement. Nous avons mis sur place un ensemble de paramètres qui vont vous protéger et garantir une bonne rentabilité qui va permettre un recouvrement gagnant-gagnant des recettes du pétrole et du gaz. Le Sénégal croit au lois du marché, “ ajoute-t-il.

Il a aussi invité les entreprises américaines a venir faire des affaires sur le continent africain. Il a déclaré que : ” l’Afrique est en pleine croissance, dispose d’un important potentiel, n’ayez pas peur d’aller en Afrique “. Il a ajouté que : ” l’investissement ne court aucun risque particulier au Sénégal, nous croyons à la loi du marché et respectons la sécurité de l’investissement “.

Par ailleurs le Président SALL a demandé au FMI et à la Banque mondiale d’écouter les pays africains et d’accepter d’accompagner leurs ambitions de développement. Il a déclaré : ” nous ne demandons pas un TGV, mais nous vous demandons d’investir dans un chemin de fer Dakar-Bamako moderne, à écartement standard, qui va durer un siècle, à travers notamment un prêt syndiqué entre bailleurs sur 20 à 25 ans, afin de développer notamment le commerce intra africain “.

Le Président Macky SALL s’est ensuite entretenu avec les membres de l’association des Sénégalais travaillant au FMI et à la Banque mondiale, qui ont dit toute leur disponibilité à mettre leur expertise au service du PSE. Cette association regroupe environ 200 sénégalais de diverses spécialités, en service dans plusieurs pays, indique le communiqué parvenu à Senego ce Dimanche.

Actualités connexes