Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Crise du transport estudiantin : Nouakchott en état d’alerte

0

etudiantsPas moins de trois compagnies de la police anti-émeute était en position vendredi dernier dans les différents points de regroupements des étudiants de l’université de Nouakchott.
Il s’agissait d’éviter les regroupements des jeunes cibles qui avaient eu maille à partir la veille avec des policiers qui tentaient de les empêcher de manifester. La veille en effet, plusieurs groupes d’étudiants avaient bloqué des bus pour protester contre « les promesses non tenues » de l’administration universitaire, qui leur avait donné un délai de « 45 jours » pour leur « fournir 40 nouveaux bus. Un délai largement dépassé selon les étudiants qui rencontrent de nombreux problèmes pour se rendre à l’université, situé à près de 30 kilomètres de la ville de Nouakchott. On se rappelle que le 20 décembre dernier, après plusieurs semaines de grève, l’administration universitaire avait « temporairement » mis 25 bus et 20 minibus à la disposition des étudiants pour mettre fin à la grève. Elle avait alors, promis de régler « définitivement » la situation, au lus tôt. En vain. C’est cette situation délétère qui semble s’acheminer vers des confrontations régulières entre forces de l’ordre et étudiants. Et le pire est bien à craindre. De sources informées en effet, on souligne que l’administration universitaire ne serait pas capable d’honorer ses promesses. Non seulement, elle ne disposerait pas de bus, mais plus grave, son budget ne lui permettrait pas d’en prendre en location. Quand on sait que les étudiants, pour leur part ne disposent pas de moyens financiers capables de leur assure un transport régulier vers leurs cours et que le transport en question est un de leurs droits, on doit s’attendre à une moisie d’année estudiantine particulièrement mouvementée. A moins que le président de la République n’y mette pas sa amine.
Ahmed. B

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print