Conférence de Presse de l’UNRMS : « Je jure que je vais m‘immoler devant la Présidence…

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

confuip…si on ne régle pas la question de l’enrôlement et si on ne libère pas notre camarade en détention ».

L’union nationale des rapatriés mauritaniens du Sénégal l’UNRMS a tenu hier 05 mai 2014 une conférence de presse au cours de laquelle elle a apporté des éclairages à la presse au sujet de la marche organisée par les rapatriés qui les mena de Boghé à Nouakchott et qui s’est soldée par une répression inouïe.

Cette conférence de presse a permis aux rapatriés de revenir sur le long calvaire qu’ils ont enduré depuis leur retour au pays dans l’indifférence totale. Ils ont ainsi fait un état des lieux de leurs situations exécrable dans les sites avant de prendre la décision de faire une longue marche de 400 km.

Dans un communiqué lu par le président de l’UNRMS Mr Ibrahima N’diaye les rapatriés ont expliqué les raisons de cette marche qui , selon eux est une manière d’adresser un message fort aux hautes autorités du pays en les interpelant sur leur sort et réclamant leurs droits à une citoyenneté digne qui passe par la restitution de leurs biens spoliés, l’établissement des pièces d’état-civil ainsi que la réintégration des agents et fonctionnaires de l’état.

Les rapatriés ont exprimé aussi vivement leurs indignations face à la répression qu’ils ont subies au cours de la marche pourtant autorisée par le Wali de Nouakchott.

Le président de l’UNRMS a dit que « durant toute la marche nous avons été l’objet d’un accueil chaleureux de la part de nos concitoyens ; mais à notre grande surprise nous avons été pris à partie par les forces de l’ordre qui ont utilisé des matraques et des grenades lacrymogènes pour disperser de paisibles marcheurs et ceux qui venaient les accueillir ».

Face aux questions de la presse, les représentants des rapatriés ont plusieurs fois exposé leur calvaire et appelé à leur réhabilitation dans leurs droits. Répondant à la question d’un journaliste au sujet du bilan et des perspectives le président de l’UNRMS a lâché avec amertume « Si on ne nous règle pas deux points à savoir l’enrôlement et la libération de notre camarade Ousmane Dia ; je jure que je vais m’immoler devant la présidence ». Une déclaration qui a suscité une vive émotion dans la salle !

TF

Actualités connexes