Burkina Faso : des manifestants s’attaquent à l’Assemblée et à la télévision publique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

bourkinaDes milliers de personnes protestent contre la réforme de la Constitution, qui permettrait au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis un coup d’Etat en 1987, de briguer un nouveau mandat à la fin 2015.

Depuis le début de la semaine, Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, est en ébullition. Des milliers de manifestants protestent contre la réforme de la Constitution qui permettrait au Président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis un coup d’Etat en 1987, de briguer un nouveau mandat à la fin 2015. Le texte devait être voté à l’Assemblée nationale, jeudi 30 octobre, mais les protestataires ont envahi le bâtiment.

  • Les manifestations ont fait au moins un mort, selon un journaliste de l’AFP, présent sur place. L’armée a ouvert le feu sur les manifestants qui s’approchent du palais présidentiel. Le président Blaise Compaoré aurait quitté le bâtiment, annonce le site d’information Burkina24 sur Twitter.
  • Sous la pression des manifestants, le gouvernement du Burkina Faso annule le vote de la réforme de la Constitution, a annoncé le porte-parole de l’exécutif.
  • Plus d’un millier de manifestants ont pénétré de force dans l’Assemblée nationale et l’ont, en partie, saccagée. Selon des témoins, le bâtiment serait en flammes. Après l’Assemblée, les manifestants ont pris d’assaut la télévision publique. Selon un témoin sur place, la télévision a cessé d’émettre.

Actualités connexes