Bomba Ould Daramane contre Khadijetou Mint Douwa: Qui fait ombrage à qui ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

BombaDermaneONTTUne querelle de chapelle minerait actuellement le ministère du tourisme avec la guéguerre que se livreraient, en catimini, le ministre Bomba Ould Daramane, et Mme Khadijettou Mint Douwa, directrice de l’Office national du Tourisme, apprend-on de source de ce département.

A peine revenue du salon du tourisme récemment organisé à Dubai, la directrice de l’Office national du tourisme (ONT), Mme Khadijettou Mint Douwa devait encore s’envoler pour un autre salon à Stalingrad en Russie. Pour ce faire, elle aurait budgétisé les frais de cette participation à 47 millions d’ouguiyas.

Une note salée que le ministre, parti entre temps le 25 mai à Belgrade, en Serbie, pour prendre part part à la 25ème session du conseil exécutif de l’organisation mondiale du tourisme, prévue du 28 au 29 Mai 2013, a purement et simplement rejetée.

Certaines sources indiquent cependant que le ministre Bomba Ould Daramane serait inquiété par le trop plein de communication de la directrice de l’ONT, s’affichant récemment avec des princes à Dubai, à l’occasion du salon touristique, et qui risquerait d’aventure de lui ravir sa place.
Le ministre Bomba Ould Daramane estimerait, en tout cas, que la directrice de l’ONT «se met un peu trop en valeur à son goût». Si donc il avait jusqu’ici fermé les yeux sur ses dépenses faramineuses, il aurait décidé «de lui couper les vivres» et d’entamer son « ambition de plus en plus apparente» en déstabilisant sa campagne… financièrement .

De mêmes sources, on indique enfin que les voyages payés aux frais de la Princesse par la directrice de l’ONT, souvent accompagnée d’une cour attitrée (des agents sans qualification), relèvent plus des voyages d’agrément pour la délégation que de la promotion de la destination de notre pays. Une querelle byzantine qui risque bien d’émousser les espoirs des opérateurs du secteur déjà sinistrés par une léthargie profonde du secteur liée à la crise sécuritaire dans la sous-région.

 

MauriWeb

Actualités connexes