Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Boghé : l’invasion de phacochères désappointe les paysans du Casier Pilote de Boghé

0

phacoeLes paysans de Boghé sont désemparés par ce qu’ils vivent en ce moment. Déjà en retard avancé sur le calendrier cultural, voilà qu’une invasion de phacochères s’invite dans leurs parcelles de terre pour détruire tout sur leur passage.

Surtout que le moment semble être mal choisi par ces indésirables qui détruisent pousses, pépinières de plantes de riz, en somme tout sur ces parcelles réduisant ainsi à néant les efforts des agriculteurs pour récolter quelques grains de riz.

Alerté de la situation difficile que vivent ces paysans, l’inspecteur régional délégué à l’environnement a fait le point au ministre délégué à l’environnement, Amédi Camara lequel n’aurait pas encore réagit.

Le maire de la commune, Bâ Adama Moussa, s’est dit très préoccupé par cette situation et voudrait que les autorités réagissent au plus vite pour ne pas compromettre la campagne agricole de cette année au Casier Pilote de Boghé (CPB).

Ces phacochères qui s’étaient fait rare du fait des sécheresses récurrentes et de la déforestation sauvage ont refait leur réapparition dans la zone de la vallée du fleuve Sénégal. Parce les forêts ont régénéré favorisant de nouveau leur présence partout dans cette partie sud du pays. Mais cette présence, l’homme s’en serait bien accommodé, si elle épargnait ses moyens de subsistance. Mais les phacochères constituent une menace pour les agriculteurs.

Rien qu’au niveau de la zone du lac d’Aleg où un près d’un millier est signalé, les dégâts causés aux champs de culture sont importants. Idem dans le département de M’Bagne et dans l’arrondissement de Dar El Barka.

Mais il n’y a pas qu’au Brakna que ces bêtes sévissent en s’attaquant aux terres de culture. Au Trarza, au Gorgol et au Guidimakha les agriculteurs dans ces différentes régions sont confrontés également aux mêmes soucis. Toutes les alertes ont un même dénominateur commun, l’absence de réaction rapide des autorités compétentes à savoir : le ministère délégué à l’environnement et le ministère du développement rural.

Partout dans ces régions, ces départements ministériels sont indexés du doigt pour leur laxisme. Dans bien des zones envahies par ces phacochères, les agriculteurs sont au désarroi et désespèrent d’attendre de l’autorité la réaction qui s’impose. Celle de mener une campagne d’abattage systématique de ces phacochères.

 

 

Le Quotidien

 

 

 

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print