Blanchiment d’argent : une banque espagnole condamnée

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

sepblacLa banque espagnole Bankinter a été condamnée à une amende de 1,2 million d’euros par l’Audience Nationale pour ne pas avoir été assez vigilante concernant des mouvements de fonds suspects, réalisés par des clients marocains et mauritaniens, dans l’une de ses succursales des Îles Canaries.

Cette décision vient confirmer celle émise par le ministère de l’économie espagnol en juillet 2011, suite au contrôle par la commission de blanchiment d’argent (Servicio Ejecutivo de la Commission de Blanqueo de Capitales – Sepblac) d’une série d’opérations suspectes dans certaines agences du groupe.
Dans le cas de cette agence située à Las Palmas, dans les Îles Canaries, le Sepblac a analysé les opérations effectuées par 19 clients pour un montant total de 49 millions d’euros (plus de 500 millions de dirhams). Ces opérations étaient exclusivement réalisées par des clients marocains et mauritaniens.
L’instance a remarqué par exemple lors d’un des contrôles, que 84,3 % des opérations totales effectuées par cette agence au premier trimestre 2009, soit 22 millions d’euros, provenaient du Maroc pour 44,6% et de la Mauritanie pour 39,7%. Ces opérations ont été réalisées uniquement en liquide, donc difficile à tracer.
Si l’on prend les clients marocains, le site expansion.es explique qu’un client marocain a déposé sur son compte

Actualités connexes