Birame blame le resultats des élections presidentielle

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print
Pour qui connaît le fondement de la propagande des politiciens de mauvaise foi, il y a peu de doutebesancenot_birame à pronostiquer que Birame ne reconnaîtra pas le résultat des élections car cela ne correspond pas à la fable qu’il sert à qui veut l’entendre à savoir que tous les hratines de Mauritanie sont derrière lui, et ce, depuis qui a commencé à sortir du net pour aller faire ses meetings même quand il n’y avait pas plus d’un chat ou deux à l’écouter.
On ne sait qui rédige les discours de Birame en français mais quand on l’entend lui et son vice-président, instituteur de philosophie à la fac, il est certain qu’aucun d’eux ne peut le faire : le virage qualitatif a été pris en même temps que Birame trouvait des soutiens étrangers qui s’occupèrent  d’en faire quelqu’un à l’étranger jusqu’à l’ONU. Il s’agit désormais d’une propagande extrêmement sournoise et bien ficelée qui consiste quoi qu’il arrive à toujours gonfler ses rangs et parler au nom de toute une communauté avant même qu’elle n’entende parler de lui et le faire comme s’il en avait reçu mandat.
Ainsi de la même manière que Tawassoul ont fui l’élection présidentielle sachant qu’il n’y avait rien à gagner qu’à se ridiculiser et dépenser de l’argent après avoir participé aux élections municipales et législatives et en avoir accepté les résultats inespérés, Birame se trouve désormais dans une singulière posture : reconnaître son résultat significatif pour un candidat qui débarque, sorti de nulle part, devançant des vieux de la vieille comme Bodiel et Sarr et devoir féliciter l’homme qu’il traitait de tous les noms avant de baisser le ton pendant la campagne à savoir Aziz et ce, jusqu’en arriver à féliciter ses organes de propagande d’Etat, soit aller dans le sens de la propagande et déclarer que les résultats sont trop maigres pour correspondre à la folie des grandeurs du candidat et se poser en éternelle victime.
Ainsi pour annoncer la couleur en jetant un ballon d’essai, le candidat Birame se planqua derrière son staff de campagne sans oser lui-même s’exprimer devant la gravité des déclarations de cette brochette, de nouveaux politiciens au sens plus vieux métier du monde, qui déclara le lendemain tout d’un coup : « nous avons remarqué des bourrages massifs des urnes dans 863 bureaux de vote situés essentiellement dans la partie est et la partie nord du pays», selon un certain Blabla Touré.   Cela annonce la couleur… C’est tout de même curieux cette fuite de Birame devant ses responsabilités face à de telles accusations qui curieusement n’ont eu pour témoins que les biramistes pendant que tous les autres candidats n’ont rien vu de tel.
Comment  les birameriens n’ont-ils pas réagi pour faire scandale sur place et prendre des photos et des vidéos surtout qu’il s’agirait là d’un bourrage massif présumé ? En vérité, nous assistons avec ce nouveau parti le RAG à prononcer « Rat » à une façon de faire la politique la plus dégueulasse qui soit à savoir celle qui se sert de tous les moyens de mensonges possibles, seules armes des civils malhonnêtes pour se présenter en sauveurs de la Mauritanie.

Actualités connexes