Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Arabie Saoudite : mort du roi Abdallah et le prince Salmane lui succède

0

bdallah-ben-abde

La première puissance pétrolière mondiale, qui abrite les deux premiers lieux saints de l’islam, a rejoint sous le règne d’Abdallah décédé ce vendredi, la coalition internationale contre les jihadistes de l’Etat Islamique.

Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite, 90 ans, est mort, ont annoncé les autorités saoudiennes ce jeudi soir. Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud était hospitalisé depuis plus de trois semaines à Riyad, pour une pneumonie. A 79 ans, son demi-frère Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, «prince héritier» et ministre de la Défense depuis  2012, monte sans surprise sur le trône de la puissante monarchie pétrolière.

 «Son altesse Salman ben Abdelaziz Al Saoud et tous les membres de la famille et toute la nation pleurent le Gardien des deux saintes mosquées, le roi Abdallah ben Abdelaziz, qui est décédé à 1 heure [23 heures, heure de Paris] exactement ce matin», a annoncé le palais royal dans un communiqué.

A la tête du royaume depuis 2005, il avait en réalité pris les clés de la régence 10 ans plus tôt, en raison de l’incapacité de son frère, Fahd, victime d’un infarctus, d’assurer sa charge. Le roi défunt a su garder la première puissance pétrolière mondiale à l’abri des crises du monde arabe mais a déçu les attentes des réformateurs, notamment sur la place de la femme dans la société, tiraillé qu’il était entre les ailes libérale et conservatrice de la famille royale.
Face à la montée en puissance du groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak, l’Arabie saoudite, aqui abrite les deux premiers lieux saints de l’islam, rejoint sous son règne la coalition internationale et participé aux raids contre ces jihadistes actifs aux portes du royaume.
Hollande salue «sa vision d’une paix juste et durable»
Simultanément, le royaume, premier exportateur mondial de brut, a joué à fond la carte pétrolière pour défendre sa part de marché, menacée selon lui par l’essor du pétrole de schiste, notamment américain. Sous l’influence d’Abdallah, l’Opep s’est abstenue de réduire son offre malgré la chute des cours.
En 2005, il a organisé les premières élections municipales partielles et accordé aux femmes le droit de vote au prochain scrutin de 2015, même si celles-ci ne peuvent toujours pas conduire.
François Hollande a salué dans un communiqué «la mémoire d’un homme d’Etat dont l’action a profondément marqué l’histoire de son pays et dont la vision d’une paix juste et durable au Moyen-Orient reste plus que jamais d’actualité».
Le premier acte de son successeur Salmane, d’un âge déjà bien avancé, a été de nommer son frère Moqren, âgé de 68 ans, «prince héritier».
Tout comme Abdallah, Salmane et Moqren font partie des nombreux  fils qu’a eu Abdelaziz al-Saoud, le fondateur de l’Arabie saoudite.

Le nouveau roi Salmane Ben Abdel Aziz est réputé pour sa probité
Le prince Salmane Ben Abdel Aziz, 79 ans, qui devient roi d’Arabie saoudite, bénéficie d’une réputation de probité et est considéré comme un arbitre respecté au sein de la famille royale. Prince héritier depuis juin 2012, Salmane s’est placé sur le devant de la scène ces dernières années, présidant souvent le Conseil des ministres et représentant à l’étranger le roi Abdallah qui, du fait de sa santé fragile, avait considérablement réduit ses activités publiques. Il était aussi premier vice-Premier ministre, poste obtenu en même temps que celui d’héritier du trône en 2012 à la mort de son frère Nayef. Il cumulait également les fonctions de ministre de la Défense depuis octobre 2011.
Né à Ryad le 31 décembre 1935, le prince Salmane a été gouverneur de la capitale pendant près de 50 ans. Jane Kinninmont, experte à Chatham House à Londres, précise que Salmane est «considéré comme relativement libéral» et pourrait à ce titre «adopter une approche plus réformatrice, mais dans le cadre des limitations et des lignes rouges du système».Selon elle, il pourrait notamment avoir une attitude «plus constructive à l’égard de l’instabilité dans la région que le prince Nayef a toujours considéré comme le résultat des ingérences iraniennes plutôt que de l’expression de revendications locales». Salmane souffre de problèmes de santé et a notamment été opéré en 2010 d’une hernie discale. Marié à trois reprises, le prince Salmane a 10 fils encore en vie, dont le plus connu est le prince astronaute Sultan Ben Salmane, seul Saoudien à avoir fait partie d’une mission dans l’espace.

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print