Alep : la trêve a échoué, reprise des bombardements

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

alep4-714x400La trêve prévoyant l’évacuation de civils et de rebelles de la partie orientale de la ville d’Alep, conclue mardi 13 décembre, a été de courte durée. Ce mercredi, l’armée syrienne a en effet repris les bombardements des derniers quartiers de l’ancienne capitale économique de la Syrie, encore tenus par les rebelles, rapportent plusieurs médias.

Selon Al Jazeera, de violents combats, accompagnés de tirs de mortiers, ont opposé les troupes du régime aux derniers rebelles, retranchés dans « une zone dont la superficie ne dépasse pas les 4 km² où près de 100.000 personnes sont entassées ».

Selon Al Jazeera, plusieurs civils ont trouvé la mort ou ont été blessés après que les forces du régime et les milices iraniennes aient bombardé à l’artillerie les quartiers de Mashhad, Ansari, Sukari et Salaheddine. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), cité par Le Monde, « 14 obus » ont été tirés par l’armée syrienne depuis « ce matin ». En parallèle, la télévision d’État syrienne a annoncé la mort de six personnes suite à des tirs de roquettes de l’opposition.

Les rebelles accusent les milices iraniennes

Les rebelles accusent les milices iraniennes et le régime syrien d’être derrière l’échec du cessez-le feu conclu avec la Russie avec une médiation turque.

De son côté, l’armée russe a accusé les rebelles d’avoir mené des attaques contre des positions militaires du régime syrien. « Profitant de la trêve, des rebelles se sont regroupés à l’aube et ont essayé de franchir les positions des troupes syriennes dans le nord-ouest d’Alep. (…) L’attaque des terroristes a été repoussée. L’armée syrienne a prolongé ses opérations de libération », a indiqué un communiqué de l’armée russe cité par Le Monde.

Dans ce contexte, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavror, a estimé que l’armée syrienne éliminerait les derniers foyers de résistance des rebelles d’ici deux à trois jours.

Sur le plan diplomatique, les appels continuent d’affluer pour l’évacuation des civils des zones de combat. Mardi soir, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Samantha Power, a réclamé le déploiement « d’observateurs internationaux » pour superviser l’évacuation des civils. Une proposition partagée par le président français, François Hollande, qui a demandé l’évacuation des civils « sous le contrôle d’observateurs internationaux et avec la présence des organisations humanitaires ».

Présence de forces spéciales russes

Pendant ce temps, la télévision publique russe, Rossiya 1, a publié des images qualifiées d’ « exclusives » de soldats d’élite russes opérant sur le sol syrien. Sur ces images, on peut voir les militaires russes en plein combat.

Actualités connexes