Ajustement du week-end: le président mauritanien se justifie

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

azizLe président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé ses compatriotes à chercher les raisons de l’ajustement du week-end qui passe de vendredi-samedi à samedi-dimanche au lieu d’alimenter des “débats inutiles” sur la question.

Le président explique sur sa page Facebook: « En plus de répondre à un besoin impératif d’efficacité, l’intention des pouvoirs publics d’ajuster les« Jours ouvrables » s’impose dans nos relations bilatérales et multilatérales.

L’ouverture de notre pays sur l’extérieur, a-t-il ajouté, explique que nous importons à ce jour, pas moins de 90% de tous nos besoins. Du simple clou au plus petit morceau sucre, nous le tenons de l’extérieur ! ” Cette situation, le chef de l’Etat mauritanien estime qu’il faut “la regarder en face et en tirer toutes les conséquences qui s’imposent (et) qu’on ne se hasarde pas dans une spirale tautologique à travers des débats inutiles et tout simplement futiles”.

Des voix se sont levées pour dénoncer l’ajustement du week-end qui fait du vendredi désormais un jour ouvrable

Ould Abdel Aziz a répondu « Nous sommes une République Islamique donc foncièrement musulmans. Aucune mesure, aucune décision ne pourra JAMAIS remettre en cause notre attachement à l’Islam et notre identité ». Et a précisé « La recherche du bien-être nous pousse et nous poussera à toujours trouver des ajustements ».

Il a par ailleurs invité les Mauritaniens à reconnaitre la « triste » réalité du pays qui “persiste depuis des décennies”.

« Notre réalité nous harcèle et seule ELLE peut nous offrir l’insolence d’être indépendants et de vivre en autarcie du contexte international qui nous interpelle à chaque seconde (…) Nous ne pouvons nullement être fiers du Made in France, Made in China, cela n’est pas de NOUS. Mais regarder dans nos assiettes, l’huile sénégalaise, la carotte marocaine, le riz thaïlandais ou vietnamien et la tomate italienne pour mieux faire ».

Actualités connexes