4 otages français libérés : “pas de rançon” affirme Fabius

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

otages_frarlitFrançois Hollande a annoncé mardi la libération des quatre otages français travaillant pour Areva et enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit, au Niger.

Après plus de trois ans de captivité, Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret sont enfin libres. Les quatre hommes enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit, au Niger, ont été libérés ce mardi, a annoncé François Hollande depuis la Slovéquie où il est en visite officielle.

“Trois ans d’épreuves pour ces ressortissants capturés, détenus par des geôliers sans scrupules”, “trois ans de souffrance pour les familles qui vivaient un calvaire et qui sont aujourd’hui soulagées”, a souligné François Hollande.

“La République est là, toujours, solidaire”

“Je veux souligner combien, pendant ces trois ans, il y a eu des espérances. Sûrement des tentatives. J’avais dit dès que j’ai pris mes fonctions, que j’utiliserais tous les contacts possibles”, a-t-il expliqué avant d’exprimer “toute ma gratitude au président du Niger qui a réussi à obtenir la libération de nos compatriotes”.

“Je pense néanmoins encore à ces 7 otages français toujours détenus: 2 au Sahel, 1 au Nigéria, 4 en Syrie. Je leur dit ce message simple et vrai: ne perdez pas espoir, ne perdez jamais espoir. La République est là, toujours, solidaire”, a poursuivi le président français. “Tout est toujours possible à condition que l’on mène avec sérieux les démarches indispensables”, a-t-il conclu en appelant à la solidarité avec les sept otages français toujours captifs.

“Pas de rançon” mais “plusieurs tentatives” de libération

Arrivé dans la capitale du Niger Niamey dans la soirée, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a pu voir les quatre hommes qui sont selon lui “en bonne forme” compte-tenu de leur captivité.

“Je voudrai souligner le rôle, tout à fait déterminant, qu’a joué le président du Niger (…) Il y a eu plusieurs tentatives mais finalement c’est cette tentative-là qui a permis d’attendre ce résultat”, a-t-il poursuivi sur BFMTV.

Puis, Laurent Fabius a réaffirmé que la France n’avait pas versé de rançon en échange de leur libération. “Vous savez la doctrine qui est la nôtre, il n’y a pas de paiement de rançon”, a-t-il insisté sur BFMTV avant d’annoncer que les quatre hommes seront de retour en France mercredi matin.

 L’émotion des proches

De leur côté, les proches des quatre hommes sont soulagés. Pour la mère d’un des otages libérés, Pascale Robert, mère de Pierre Legrand, cette libération est un grand soulagement. “Cela nous aura marqué eux comme nous. François Hollande nous a appelé tout à l’heure juste avant de faire son annonce à la télévision”, a-t-elle confié à BFMTV.

Ces quatre Français avaient été enlevés le 16 septembre 2010 par le groupe Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) qui avait revendiqué le rapt. Ils travaillaient pour le groupe nucléaire public Areva et son sous-traitant Satom. Françoise Larribe, l’épouse de Daniel, capturée en même temps que lui, avait été libérée en février 2011, ainsi que deux autres otages, un Togolais et un Malgache. Au mois de juin, François Hollande avait affirmé détenir des preuves de vie.

bfmtv.com

Actualités connexes