3 x 14 jours pour qu’explose la bombe Chavi aux oreilles d’Aziz…

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

l a fallu 3 x 14 jours après le fameux Saint-Valentin dernier soit le 14 février pour que les enregistrements dont parlait le Valentin Mustapha Ould Limam Chavi fassent leur apparition explosive. Ce n’est donc pas pour demain la lune de miel entre les 2 M qui ne s’aiment pas toute l’année et apparemment particulièrement ce fameux jour des enfants de chœur.

3 x 14 jours pour que l’homme dont Chavi ne voulait pas livrer l’identité, sorte de l’ombre du valentin pour donner le coup de grâce aux rumeurs en faisant un coup de tonnerre qui se veut tout éclairer. Liman Chavi, très diplomate, parla, le jour des amoureux, en amoureux de la présomption d’innocence ; aussi a-t-il employé tous les temps qui siéent à un conditionnel de devin infaillible.

Depuis ces déclarations de Chavi faisant état d’une affaire à Accra, chacun se demandait pourquoi le valentin n’apportait pas la preuve de ses fuites. Maintenant tout s’éclaire… Qui peut imaginer qu’un tel renard puisse laisser passer de tels enregistrements s’ils s’avéraient véridiques quand on sait ce qu’il pense de l’homme qui lui a collé un mandat d’arrêt international sur le front ?

En fait, ces révélations du valentin, au conditionnel maraboutique, ressemblent comme une rose à une flèche porteuse d’une bombe à retardement comme s’il voulait jouer avec les nerfs de ceux qui sauraient que cette affaire existe vraiment à savoir les présumés acteurs… Ce diable de Valentin semble avoir allumé la mèche de sorte que seule la victime sache que tôt ou tard cela allait exploser mais sans savoir quand…

Qui peut imaginer qu’un tel Valentin puisse se lancer dans une telle manœuvre délicieuse pour un fin gourmet amateur de plat froid, qui peut imaginer que ce diable de diplomate puisse allumer une telle mèche sans avoir dans les mains la bombe médiatique ? Il fallait bien quelques temps avant que la bombe n’explose, juste le temps pour le coup de maître de laisser au conditionnel une carte de visite avec le dispositif et s’éloigner en souriant sûr de délivrer à un vieil ennemi un plat qui ne se mange que froid…

Voilà donc que 3 x 14 jours après ces déclarations de Chavi, quasiment simultanément, les enregistrements sortent avec cerise sur le gâteau, un témoin présumé qui s’exprime sans anonymat pour défier ceux qu’il accuse : c’est un coup de maître.

Le célèbre diplomate, Valentin d’un jour et renard toujours, ne peut être accusé de rien dans cette affaire sinon d’avoir dit qu’il a entendu parler de ces enregistrements comme tout homme bien informé qu’il est…

Que sera la suite dans cette guerre par pions interposés ?

Pour l’instant c’est encore du caviar, jusqu’à quand avant du sang sur les murs ?

Ni wait ni see, passons…

« Biladi : Qu’est-ce que vous pensez des déclarations du député français Noël Mamère par rapport à l’implication du président Aziz dans le trafic de la drogue ? N’est-il pas allé trop loin dans ses propos ?

Mustapha Limam Chavi : Il n’est le seul à le dire. J’ai été informé d’une affaire au Ghana dans laquelle aurait trempé Aziz pendant la période de la transition d’Ely Ould Mohamed Vall. A l’époque colonel Aziz aurait mandaté un émissaire –dont je préfère taire le nom- afin de le représenter dans une transaction qui semblait illicite. Ses partenaires dans cette affaire disposent encore d’enregistrements accablants… »

Publié par Vlane.A.O.S.A

Actualités connexes