Coopération: La France octroie 9,5 milliards d’ouguiyas à la Mauritanie

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

france_adssde_pp_01 Le Ministre des Affaires Economiques et du Développement (MAED) de la République islamique de Mauritanie (RIM) et l’ambassadeur de France en Mauritanie ont signé ce 22 octobre 2014 à Nouakchott un quatrième et dernier Contrat de Désendettement-Développement (C2D) d’un montant de 9,5 milliards d’ouguiyas (23,7 M. Euros).

Un accord-cadre d’application du C2D qui précise les modalités et conditions d’affectation de la subvention qui en découle a par ailleurs été signé entre le ministre des Affaires Economiques et du Développement et le directeur de l’Agence française de Développement (AFD).

Ambassade de France à Nouakchott

La France octroie 9,5 milliards d’ouguiyas (23,7 M Euros) de financements en faveur de la Mauritanie

Le quatrième Contrat de Désendettement-Développement (C2D)

Le mécanisme financier des C2D promu par la France s’inscrit dans le cadre des mesures d’annulation de la dette décidées par la communauté internationale au bénéfice des pays pauvres et très endettés (Initiative PPTE), dont la Mauritanie est depuis mi- juin 2002 bénéficiaire.

C’est un mécanisme additionnel qui vient annuler progressivement le solde des créances d’Aide Publique au Développement détenues par la France sur la Mauritanie à la date de l’initiative, permettant à la Mauritanie de retrouver un niveau soutenable de la dette.

L’effort supplémentaire de la France à l’égard de la Mauritanie avait jusqu’ici permis d’annuler environ 44 millions d’Euros de dettes (soit environ 17,5 milliards d’ouguiyas) par trois C2D successifs :

– un premier C2D avait été signé le 17 juillet 2003 pour un montant d’annulation de dettes

De 14,7 millions d’Euros (soit environ 5 milliards d’ouguiyas) affectés au financement de projets dans les domaines de l’éducation et du développement local (Vaincre)

– un second C2D, signé le 26 juin 2006, a concerné l’annulation de 11,85 millions d’Euros (soit environ 4,0 milliards d’ouguiyas) affectés en totalité au financement du secteur éducatif

– un troisième C2D signé avait été le 3 mars 2010 pour 17,4 millions d’Euros (soit environ 7 milliards d’ouguiyas) affectés au financement des secteurs éducatif, de la formation professionnelle, de l’insertion des jeunes et du développement local (Vaincre).

Le bilan de ces financements a été évalué début 2014 de façon indépendante, avec des résultats encourageants qui seront prochainement présentés au Comité d’Orientation et de Suivi du C2D, auquel participent des représentants de la société civile.

Ce quatrième et dernier C2D, d’une durée de 6 ans, couvre la période 2014-2019. Il sera, suivant la volonté des autorités nationales, affecté au financement du secteur de l’enseignement primaire et secondaire à hauteur de 6 millions d’Euros, de la formation professionnelle et de l’insertion professionnelle à hauteur de 4 millions d’Euros, avec poursuite du programme Vaincre qui bénéficiera d’un nouveau financement de 8,7 millions d’euros.

Un montant de 5 millions d’Euros sera par ailleurs dédié au renforcement de la sécurité alimentaire au moyen du financement de périmètres irrigués villageois le long du fleuve.

La mise en œuvre des C2D est l’occasion de faire prévaloir et de poursuivre l’esprit de partenariat et le dialogue mis en avant par la préparation du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) qui associe les différents acteurs impliqués (Etat, société civile, secteur privé, partenaires au développement…).

Ce nouveau C2D entend contribuer également à l’effort de coordination, d’harmonisation et d’efficacité de l’aide en faisant valoir les engagements souscrits par la France et la Mauritanie, notamment dans le cadre de la Déclaration de Paris et du Forum de haut niveau d’Accra sur l’efficacité de l’aide publique au développement.

Rapide Info

Actualités connexes